Accueil

Bonjour à tous,

La succession d’évènements tragiques et douloureux de 2015 et 2016, l’analyse générale de la situation internationale portant peu à l’optimisme, la situation de l’Afrique centrale, de l’Afrique francophone et du Continent africain tout entier laissant plus que songeur, alors que le dit Continent devrait être en tête du peloton de la croissance réel profitant à tous,  j’ai mis du temps à concocter cette nouvelle lettre. Il a fallu que je me fasse violence pour ne pas faire un papier au vitriol, tant vis-à-vis des puissances occidentales ou asiatiques, sans oublier le Moyen Orient, qu’envers nos amis et frères africains qui sont après tout notre principale préoccupation, mais aussi en partie responsables des avatars de leurs pays respectifs.

Comment une si belle planète peut-elle avoir des dirigeants aussi médiocres et des peuples aussi indigents ?

Je laisserai donc de côté la situation internationale avec cette atmosphère de crise permanente et de troisième guerre mondiale d’un nouveau genre ( guerre asymétrique comme disent les spécialistes), où désormais les armées éparpillées  sont souvent  au second plan et les civils au premier rang des tragiques conséquences de la folie et de la bêtise des « puissants » de ce monde, mais aussi des « impuissants» de ce monde… « Craignez la tyrannie de la faiblesse » elle peut-être aussi implacable et dangereuse que celle de la force brutale.

Je passerai donc rapidement sur ce sujet, sinon il faudrait noircir des pages et des pages sur le gâchis permanent des possibilités fantastiques que portent nos peuples et notre époque contemporaine, si l’avidité, la veulerie, la soif de conquête, d’asservissement et de pouvoir ne guidaient  une majorité de pseudo élites consanguines, s’auto-reproduisant entre elles et ayant perdu tout sens commun et tout sens des réalités humaines, si les ego malades d’aucuns ne se prenaient pas pour le centre de l’univers (ou pire, parlant et agissant au nom d’un  Dieu hypothétique) en piétinant tout ce qui n’est pas eux, même si la mort les attend comme tout le monde au bout de leur triste parcours, Il serait aisé de faire autrement en mettant au  centre de toutes nos préoccupations politiques et économiques : l’Humain comme  dénominateur commun.

Car en réalité, le seul vrai problème qui se pose aujourd’hui est : comment des milliards d’individus vont-ils pourvoir vivre et évoluer ensemble, sans reproduire les horreurs du passé et  sans vouloir s’entretuer à tout bout de champ au nom d’idéologies absurdes et mortifères et d’une domination des richesses et des hommes qui somme toute est  aléatoire et fugace.

Revenons  à notre préoccupation première le Continent africain d’aujourd’hui … Ce merveilleux Continent qui ne cesse d’être découpé, pillé,  martyrisé sans vergogne par les uns et par les autres.

Vient se greffer en fond de crise mondiale et de multi crises africaines, la tragique épopée des migrants africains qui arrivent par milliers sur nos côtes européennes et qui meurent par centaines dans cette fosse commune qu’est devenue la Mer Méditerranée.

Derrière notre indignation réelle pour certains et de façade pour d’autres, nos discours politiques pitoyables, l’impéritie des gouvernants européens  et malgré le dévouement et l’abnégation de certains pour essayer de faire « quelque chose » afin atténuer autant que faire ce peut la souffrance de ces populations à la dérive,  y  a-t-il une action et une analyse globale et sérieuse de la situation. NON !!!! Nous tournons  en rond ne voulant absolument pas regarder les réalités géopolitiques et économiques en face, ne voulant pas prendre les solutions à long terme qui devraient s’imposer à tous.

Concernant le Continent Africain, il ne s’agit pas de culpabiliser, de se « mortifier » avec le silice, nous pauvres et vieux « colonisateurs », il s’agit d’analyser sans tabou, la réalité de la situation et de prendre globalement les mesures qui s’imposent en commençant par cesser de piller ce Continent, de le prendre pour une décharge mondiale à ciel ouvert, de favoriser la corruption en maintenant les populations à un seuil de pauvreté inadmissible,  en favorisant de pseudo gouvernants à se maintenir parce qu’ils nous arrangent ou de les « démettre » parce qu’ils ne nous arrangent plus,… En faisant simple , il s’agit dans le respect de la souveraineté de tous les pays de ce continent, de les aider à bâtir une économie de proximité qui permette de développer et de stabiliser un tissu social qui permettra à tous de vivre dignement à son niveau. L’immigration économique doit être tarie à la source… Mais encore faut-il le vouloir !!!! 30 ans que l’on rabâche la même chose …avec quels résultats ? très peu…

J’évoque donc, surtout l’immigration venant d’Afrique subsaharienne parce que l’Afrique est ma préoccupation, parce que j’aime ce Continent…

Les autres flux migratoires importants comme ceux des conséquences de la guerre en Syrie ne sont dus qu’à la lâcheté et au manque de réalisme des pays occidentaux, aux conséquences de la guerre provoquée par le décérébré « GWB » et de sa « clique », sans oublier la lecture américaine et anglophone du monde qui dans la réalité fait passer le « Marché » avant « l’Homme ».

Il y a  aussi notre coupable complaisance vis-à-vis de certains pays du Golf au nom de Saint Pétrole et de Saint Gaz, amenant la Sainte « Oseille »… Nous connaissons les résultats … Nous décongelons ce que nous avons congelé…

Les causes des migrations venant d’Afrique subsaharienne :

Il y a trois types de causes clairement identifiées,

a)      Le dérèglement climatique posant d’énormes problèmes dans  certaines parties du continent africain et également une « mauvaise gestion » des conséquences de ce dérèglement. (déforestation, érosion, pollution, désertification, dégradation du milieu et des écosystèmes)

b)     les problèmes économiques liés à des gouvernances claniques, débouchant sur des problèmes de guerres civiles non moins claniques… et débouchant maintenant sur un terrorisme qui va prendre l’Afrique entière comme terrain de jeu.

c)      la main mise par des multinationales sans scrupule, sur les richesses des pays africains (matière première, minerais, terres et forets), empêchant tout développement sérieux des structures essentielles  des pays concernés. Favorisant l’enrichissement éhonté de quelques familles et laissant la majorité des populations dans une misère chronique, autre facteur d’arrivée du terrorisme international, quand les gens n’ont rien à espérer, ils n’ont rien à perdre, pas même la vie…

Les trois causes se rejoignent, car ces « pilleurs » favorisent la dégradation du milieu naturel, la corruption et la mise en place de régimes politiques qui ne contrarient pas leurs mauvaises manières.

Beaucoup de conflits sont totalement artificiels, exacerbant les rivalités claniques et sapant ainsi toute tentative de construire de « Vrais Etats », empêchant du même coup, une vraie prise de conscience politique des populations en les maintenant dans « un désespoir déstructurant chronique ».

Quelle hypocrisie coupable quand notre main droite donne des leçons sur la bonne gouvernance et de développement durable, pendant que la main gauche favorise la corruption, cajole les potentats assoiffés de pouvoir et de richesses et ferment les yeux dès qu’un problème pourrait entraver la bonne marche du business, qui profite à tous, sauf aux populations concernées…

Je ne dis pas qu’il faut faire de « l’ingérence » politique ou économique, elle se fait tous les jours pour de mauvaises raisons et de mauvaises causes, je dis bien au contraire qu’il ne faut pas faire d’ingérence, mais favoriser réellement le développement économique de proximité, avant de faire de la « macro économie dénuée de sens et portant en elle-même toutes les turpitudes que je viens d’évoquer.
Il faut développer sur le terrain, en impliquant les populations, les réseaux « micro-économiques circulaires », créant de la richesse locale, qui par addition devient une richesse nationale favorisant le développement global du pays concerné.
Cette formule peut être appliquée à n’importe quel pays  d’Afrique subsaharienne.

Si les grosses entreprises adoptent un code de bonne conduite en redistribuant une partie des richesses dans le pays d’accueil et que les petites et moyennes entreprises ( TPE,PME,ETI, peuvent se développer en fédérant leurs compétences, alors l’économie « positive » pourra  se développer et le tissu social s’équilibrer, ce qui aura comme conséquence un changement radical du tissu politique.

L’Afrique est un merveilleux Continent et il est à la croisée des chemins, les Africains doivent prendre leur destin en mains. Mondialisation n’est pas forcément synonyme d’injustice, de prédation et de soumission. Mondialisation peut être aussi, échanges, coopération, écoute et respect de l’autre et de ses différences, enrichissement collectif et personnel, développement et progression d’un monde équilibré.

Il y aura toujours des  riches et des moins riches, il y aura toujours des êtres intelligents et d’autres moins intelligents, des êtres instruits et d’autres moins, des êtres au physique avantageux et d’autres moins, l’égalité n’existe pas et n’existera jamais, mais l’équilibre lui, peut exister et « l’alchimie humaine «  est de faire coexister toutes ces différences, dans le respect des uns et des autres … C’est difficile, mais pas impossible. C’est une question d’ouverture au Monde  et aux autres … C’est une  question de volonté de vouloir vivre ensemble ou non … Ce n’est qu’une histoire d’Humains … seulement d’Humains…

Le Président de l’ADAC

DIDIER RENAUD